Yan Yalego, un artiste à la frontière du blues et du Jazz primitif

Bien qu’ayant découvert depuis de nombreux mois cet artiste, la sortie du Plan Uke n°4 dans lequel il est l’invité d’honneur, me permet de partager avec vous le plaisir que j’ai eu à entendre Yan à plusieurs reprises.

Aixois d’adoption, cet artiste multi-instrumentiste, est un virtuose du ukulélé et du banjolélé. Il utilise notre cher instrument dans des compositions à la frontière du blues et du Jazz premier teintés d’influence cajun et créole. Que ce soit dans des salles de spectacles, des scènes en plein air ou même dans des cuisines, écouter la musique de Yan Yalego, reste pour moi un plaisir indéniable.

Pour en savoir plus sur Yan, je vous invite à écouter le Plan Uke n°4 :

Mais également à visiter les pages sur divers sites et plateformes qui lui sont consacrés :

Le site officiel de Yan Yalego.

Yan Yalego sur Band camp où vous pouvez acheter ses morceaux et albums.

– La page de Yan Yalego sur ReverbNation.

– La page myspace de Yan Yalego.

– La page Facebook de Yan Yalego.

– La chaine Youtube de Yan Yalego.

Ouf, désormais plus d’excuses pour ne pas vous donner un peu de plaisir. Allez, on termine, avec un petit blues du sud ( de la France en l’occurrence).

Le Plan Uke n°2 et le Plan Uke n°3

Dans un précédent article, je vous faisais part du plaisir que j’avais eu à découvrir une émission francophone consacrée au ukulélé. Après un premier numéro très prometteur, l’équipe de Clin d’oeil fm et de l’association VSAlélé a récidivé par deux fois et force est de constater que l’émission est de plus en plus intéressante.

Nous avons eu tout d’abord, en octobre, un numéro 2 très riche en contenu comme nous pouvons le constater par le résumé sur le site de VSAlélé :

Enfin en novembre, le numéro 3 a été diffusé toujours aussi dense et instructif :

A noter dans ce numéro l’interview d’un luthier, Arnaud Pessi, qui partage avec nous sa passion pour son métier et surtout nous donne de très bons conseils concernant l’entretien de nos ukulélés.

Au total, encore deux émissions chaudement recommandées.

Ukulélé et humour

Duo-Dithyrambe

Le ukulélé est un instrument sérieux mais dont les joueurs, la plupart du temps, ne se prennent pas au sérieux. Ceci nous donne parfois des images pleines d’humour. Certaines de ses images proviennent de l’excellent musée imaginaire de Tonton Rémy déjà évoqué ici même, d’autres sont l’œuvre de l’incontournable Uke Heidi dont je ne peux que vous encourager à visiter le site de référence Chordmaster pour tout savoir sur l’épopée des premiers ukulélés en plastique.

Lire la suite

The Ukulele, a visual history par Jim Beloff

Lorsque je m’intéresse à un sujet, j’ai pour habitude de m’acheter plusieurs ouvrages, lorsqu’il y en a, sur celui-ci. Ainsi, concernant le ukulélé, j’ai pu me constituer une petite bibliothèque que je vais pouvoir partager peu à peu avec vous. Le premier que je vais vous présenter est un livre de Jim Beloff: The ukulele, a visual history.

Jim Beloff

Cet ouvrage est, me semble-t-il, un ouvrage de base sur le sujet, en tous cas c’est l’un des plus connus. Jim Beloff est un auteur prolifique. Il a écrit, seul ou avec son épouse Élisabeth, de nombreux livres et méthodes que vous pouvez facilement trouver. Outre ses travaux d’écrivain, nous lui devons également en tant que responsable de l’entreprise Magic Fluke deux ukulélés célèbres : le Fluke et le Flea.

Ukuleles Fluke et Flea

Mais revenons-en à l’ouvrage lui-même. Comme son nom, l’indique nous avons ici affaire à un ouvrage de 128 pages particulièrement illustré. C’est en effet, l’un des atouts du livre. Toutes les pages contiennent de très nombreuses illustrations mais je dois dire que, parfois, cela peut rendre la lecture du texte difficile lorsque ce dernier est imprimé sur l’une d’entre elles.

Mais il n’y a pas que de belles photos. C’est vraiment un bon ouvrage généraliste. Il n’ y a qu’à regarder les quatre grandes parties le composant.

Tout commence par une histoire du ukulélé depuis son introduction à Hawaï par des immigrés portugais venant de Madère.

Un deuxième chapitre présente les grands joueurs et les grandes personnalités du monde du ukulélé. Ce chapitre m’a permis enfin d’en savoir un peu plus sur Ernest Kaai, Ohta-San, Cliff Edwards entre autres. J’avoue que je ne connaissais absolument pas grand chose et au moins ce chapitre permet de savoir à qui on fait référence dans les discussions des forums ou des groupes de joueurs.

Le troisième chapitre raconte l’histoire des grands luthiers et fabricants de ukulélé qu’ils soient hawaïens (Kamaka, Kumalae, Nunes, Dias…) ou continentaux (Martin, Gibson…).

Enfin le dernier chapitre a pour sujet le renouveau du ukulélé dans les années 90 et 2000.

Comme on le voit, le sujet est bien cerné. Certes, certains aspects mériteraient d’être plus approfondis mais il aurait alors fallu quadrupler, au minimum, la taille du volume. C’est donc un bon ouvrage généraliste, qui permet d’avoir de bonnes bases mais qui nécessitera d’autres livres si vous voulez approfondir le sujet. Il s’accompagne de petites bibliographie, discographie et sitographie bien utiles. Ah ! J’allais oublier. Il a juste un petit défaut : il est en anglais.